Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les salariés de SFR en grève et manif mardi 6, devant le siège à la Plaine-Saint-Denis

CONTRE 5000 SUPPRESSIONS D'EMPLOIS, ACTION DES SALARIES DE SFR-NUMERICABLE 6 SEPTEMBRE 2016
Devant le siège à 12 h (12 rue Jean-Philippe Rameau à la Plaine-Saint-Denis).

La direction de SFR a annoncé en plein été un plan de 5000 suppressions d’emplois – soit le tiers des effectifs du groupe ! Elle y met les formes : un accord aurait été signé par la CFDT et l’UNSA le 4 août pour transformer le plan de suppressions en plan de départs volontaires. Ce plan estimé entre 600 et 800 millions d’euros, devrait permettre au groupe d’économiser 400 millions d’euros d’ici 2018.

Pour qui ? Pourquoi ? Alors que la dette du groupe a atteint 14,6 milliards d’euros !

La stratégie de réduction des coûts sur les forces vives (emplois, services aux clients), adoptée par le PDG Patrick Drahi, n’est-elle pas la cause principale de la désaffection des clients ? La renforcer ne va-t-elle pas conduire à de nouvelles difficultés financières ?

Téléchargez le tract de REZOTAF.FR

Les salariés de SFR en grève et manif mardi 6, devant le siège à la Plaine-Saint-Denis

Revendications portées par les salariés lors du mouvement de grève du 6 septembre :

• Pas de suppressions d’emplois annoncées ni de fermetures de boutiques. • Embauches partout où c’est nécessaire. • Arrêt de la dégradation des conditions de travail. • Ouverture d’une négociation sur un accord d’égalité au travail permettant d’équilibrer le temps contraint par l’entreprise et le temps non contraint pour soi. • Mise en place d’une Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) axée sur la progression et le déroulement de carrière des salariés, avec de véritables moyens associés. • Harmonisation par le haut des statuts du groupe.

Les salariés de SFR en grève et manif mardi 6, devant le siège à la Plaine-Saint-Denis

Entrepreneurs ou juste cupides ?

• Selon le « classement Challenges des 500 fortunes professionnelles de France » (N°485 du 7 juillet au 24 août), Patrick Drahi (groupe Altice), est 9è du classement 2016 avec une fortune de 7.500 millions d’Euros. Armando Pereira (groupe Altice), est 130è de ce même classement, avec une fortune de 520 millions d’Euros.

Michel Combes. « Deux ans de boulot, 10.000 jobs supprimés et… une prime de 13,7 millions d’euros, alors qu’il avait assuré qu’il ne toucherait aucun chèque d’au revoir » écrivait le Nouvel Obs le 9/9/2015. Finalement, devant le tollé soulevé Michel Combes n'en touchera pour son départ d’Alcatel-Lucent « que » 7,8 d’après « La Tribune » du 11/09/2015. On ne pleure pas : selon ces médias et quelques autres, il a bénéficié d’un « Golden Hello » d’une valeur de 100 millions d’euros en devenant le 2 septembre 2015, président de Numericable-SFR et directeur des opérations mondiales du groupe Altice.

Les salariés de SFR en grève et manif mardi 6, devant le siège à la Plaine-Saint-Denis

La cause de la concurrence acharnée est connue

L’arrivée dans la téléphonie mobile de Free, qui a bénéficié de conditions exceptionnelles en pouvant utiliser jusqu’à fin 2016, les infrastructures de l’opérateur historique Orange – Free imposant sa nouvelle norme de tarifs d’abonnements : guerre commerciale des opérateurs. Les économistes libéraux prédisaient que la concurrence allait créer 30 000 emplois. Ce sont plus de 15 000 emplois perdus dans le secteur aujourd’hui, sans compter la disparition des boutiques et des emplois des sous-traitants.

Faire payer aux salariés, la dette !

SFR a un boulet de plus au pied : payer sa dette de rachat et apporter sa quote-part pour honorer aussi la dette de sa maison mère, la holding Altice. En parfait financier, P.Drahi a financé la constitution de son empire à crédit : endetter au maximum l’entreprise acquise afin d’extérioriser les richesses cachées du groupe et permettre à ses actionnaires de s’enrichir. Les salariés ont compris qu’ils avaient changé de monde : tous les budgets de Recherche & Développement ont été coupés, tous les projets arrêtés, les organisations révisées. Les sous-traitants ont vu les délais de paiement s’allonger de façon exponentielle.

2015 : remontée financière du groupe - pour qui ?

Ces économies drastiques ont permis une remontée spectaculaire des ressources financières de SFR : le résultat net est passé d’une perte de 188 millions d’euros en 2014 à un bénéfice de 675 millions d’euros en 2015. Entièrement englouti dans le paiement des dividendes à la maison mère Altice, dont la dette atteint 14,6 milliards.

Au lieu de relancer économiquement le groupe, SFR a choisi de piocher dans ses fonds propres et de se décapitaliser. Dans le même temps, SFR a discrètement augmenté ses tarifs…D’où le mécontentement grandissant de ses abonnés…

Alors qu’une partie de la clientèle déserte, qu’une autre proteste, est-ce vraiment le moment de réduire tous les liens de proximité avec les abonnés ? Dans le nouveau plan d’économie de la direction, figurent en priorité la suppression d’un grand nombre de boutiques, la fermeture des centres d’appel en France, transférés au Maroc ou à Madagascar, la réduction des effectifs clientèle.

STOP aux suppressions d’emplois : SFR ne doit pas devenir le nouveau vaincu de la guerre des télécoms en France !

Tag(s) : #Salariés, #Plaine-Saint-Denis, #Argent, #Luttes, #Entreprises, #Grève, #Manifestation, #PCF-FDG, #Saint-Denis

Partager cet article

Repost 2
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :